L’établissement est déjà doté du très haut débit par câble. Mais pour utiliser facilement sa cinquantaine de tablettes, il a aussi choisi les ondes avec le Wi-Fi. Avec quelles précautions ?

L’initiative

C’est l’événement de la rentrée. Depuis un mois, Kéranroux est équipé du Wi-Fi. Ce système de communication sans fil permet de relier par ondes radio plusieurs appareils informatiques. Il est le premier collège public à être ainsi équipé par le Département. Il était déjà le premier du Finistère à être connecté au très haut débit (100 mégabits par seconde) !

« On n’a plus aucun problème de débit, ni de lecture de vidéo. C’est parfait pour les tablettes », assure Gilles Cornillet, le principal. L’établissement high-tech est aussi doté de cinq « flottes », soit une quarantaine de tablettes.

Simplicité d’utilisation

Elles sont de plus en plus utilisées par les enseignants. Maths, anglais, histoire, sport, documentations, voire permanence… Le nombre d’heures augmente de façon exponentielle. « C’est en lien avec une simplicité accrue d’utilisation. »

Grâce à la Wi-Fi, exit les grosses valises lourdes à transporter. Finis les câblages longs à installer, rébarbatifs pour de nombreux enseignants.

Treize bornes ont été installées dans des classes. L’ensemble de l’établissement est couvert. « Pour l’instant, le Wi-Fi tourne nuit et jour », indique le directeur.

Lors du conseil d’administration de juillet, la demande d’équipement a été validée par les représentants des parents et enseignants, sans question particulière. Pour autant, y a-t-il des précautions à prendre ? Le Wi-Fi présente-t-il un danger pour la santé ?

En mai dernier, la Direction numérique pour l’éducation du ministère de l’Éducation nationale a publié un référentiel avec des conseils. Deux textes législatifs réglementent son utilisation à l’école : l’interdiction de l’usage des téléphones mobiles par les élèves « durant toute activité d’enseignement » et la désactivation des matériels Wi-Fi dans les écoles primaires lorsqu’ils ne sont pas utilisés.

La 3G plus puissante

Le référentiel s’appuie sur l’expertise de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement de travail (Anses). Son rapport, « radiofréquence et santé », ne préconise aucune précaution particulière.

Néanmoins, le ministère a émis trois recommandations : dans les écoles primaires, éteindre les bornes dans les classes et les désactiver quand ce n’est plus nécessaire ; respecter les recommandations techniques du référentiel. Objectifs : optimiser et sécuriser. Il n’y a donc pas de recommandations particulières pour les collèges.

Gilles Cornillet n’est pas inquiet : « Les téléphones portables sont plus dangereux que la Wi-Fi. Excepté le Bluetooth, tous les autres équipements et terminaux ont des puissances d’émission supérieures. » Les terminaux mobiles 2G, 3G et 4G doivent être connectés à des relais situés à des distances plus importantes que les points d’accès Wi-Fi, et donc, « doivent émettre avec plus de puissance ».

Néanmoins, « par principe de précaution », la Wi-Fi sera déconnectée entre midi et 14 h, et la nuit. Il va aussi solliciter « un contrôle indépendant » pour un examen annuel des émissions d’ondes.

Avec la Wi-Fi, Keranroux est ravi. Plus besoin de câbles ni de grosse valisette. Un petit panier pour mettre les tablettes, et un système « apple TV » pour visualiser l'écran sur le tableau blanc… C'est tout simple !
Avec la Wi-Fi, Keranroux est ravi. Plus besoin de câbles ni de grosse valisette. Un petit panier pour mettre les tablettes, et un système « apple TV » pour visualiser l’écran sur le tableau blanc… C’est tout simple !

Voir en ligne : en savoir plus….