Un document publié par l’Éducation nationale vient de reconnaître les vertus pédagogiques de l’improvisation théâtrale. À Brest, la compagnie Impro Infini s’en réjouit.

"Considérée comme bénéfique pour les élèves, l'improvisation théâtrale « permet aux timides de se montrer et aux grandes gueules de se canaliser""
"Considérée comme bénéfique pour les élèves, l’improvisation théâtrale « permet aux timides de se montrer et aux grandes gueules de se canaliser""

La nouvelle est tombée il y a quelques jours, au plus grand bonheur des « improvisateurs » de tout poil. Le ministère de l’Éducation nationale vient de publier un texte qui reconnaît les vertus de l’improvisation théâtrale dans le cadre scolaire. Pour la compagnie Impro Infini, qui fait la pluie et le beau temps de cette forme d’art depuis treize ans à Brest, l’annonce est loin d’être anodine.

« C’est une bataille qui dure depuis longtemps car l’impro est mal considérée comparée au théâtre classique, la danse ou la musique. Cette reconnaissance marque, dans le marbre, l’intérêt de l’improvisation en classe », soulignent Romain Abasq et Morgan Mansouri, comédiens qui interviennent régulièrement dans des établissements scolaires. Depuis trois ans, ils accompagnent des élèves volontaires des collèges La Fontaine Margot à Brest et La Fontaine Blanche à Plougastel-Daoulas, dans la pratique de cet art qui laisse la part belle à l’imagination.

« Cette forme de théâtre est idéale pour les jeunes. Elle permet aux timides de se montrer et aux grandes gueules de se canaliser ». Booster la confiance en soi, gagner en maturité, casser les clichés, faire de la pédagogie sans se soucier du niveau scolaire… Voilà les objectifs des comédiens. Un programme qui plaît bien à l’Éducation nationale.

Jamel aux manettes

Aux côtés de l’État, c’est la Fondation Culture & Diversité et l’acteur Jamel Debbouze qui ont permis cette reconnaissance. Le natif de Trappes, porte-voix de l’impro théâtrale depuis ses débuts, est à l’origine d’un réseau qui fédère 16 compagnies d’improvisation théâtrale en France. Et dont fait partie la troupe brestoise Impro Infini. Depuis 2015, la compagnie a permis à des dizaines de jeunes de participer à un trophée national autour de matchs d’improvisation. Leur devise ? S’amuser et être fair-play. « Pour certains gamins, c’est une vocation et un moyen d’être reconnus. Ils se retrouvent dans les valeurs du théâtre d’improvisation », poursuivent les comédiens.

Profs, parents et élèves impliqués

Si cette « officialisation » ne changera pas le quotidien des comédiens professionnels qui interviennent en milieu scolaire, elle marque une considération bienvenue selon ces derniers. Ils espèrent que cette reconnaissance va permettre d’accélérer des partenariats avec des établissements et de faciliter les demandes de subventions, actuellement attribuées, pour la majeure partie, par le conseil départemental. « Tout cela fonctionne aussi grâce à l’implication des parents, des professeurs et de la direction », insistent les comédiens, qui préparent en ce moment la rentrée. Et espèrent voir de nombreux jeunes motivés par l’impro, en septembre.

FONDATION CULTURE ET DIVERSITE

http://www.fondationcultureetdiversite.org/programmes/le-trophee-dimpro-culture-diversite

Voir en ligne : Télégramme du 15 juillet 2017