C’est l’une des curiosités de Brest. Le collège de la Fontaine Margot, à Keranroux, a été construit sur un véritable blockhaus de la Seconde Guerre Mondiale. L’un des mieux conservés du territoire.

Il suffit de se balader quelques minutes sur les côtes du Nord Finistère pour tomber sur ces bâtiments lugubres tombés à l’abandon : les blockhaus. Ces bunkers allemands étaient construits par milliers sous le régime nazi, de la Norvège à l’Espagne, pour renforcer le Mur de l’Atlantique. La plupart ont été pillés depuis la Libération et sont recouverts de graffitis.

Collège La Fontaine Margot
Collège La Fontaine Margot
Blockhauss dasn les sous sols du collège
Blockhauss dasn les sous sols du collège

Mais il en existe un à Brest (Finistère) qui conserve des traces de vie des soldats allemands durant les conflits. C’est son accès difficile qui a garanti sa conservation, puisqu’il est situé sous le collège de la Fontaine Margot. « On reçoit trois à cinq visites par an, sans compter les élèves ! », explique fièrement Gilles Cornillet, directeur de l’établissement.

Dessin réalisé par les soldats allemands
Dessin réalisé par les soldats allemands

Impacts de balles

Il faut traverser les étroits sous-sols, torche en main, casque vissé, pour se rendre à cette bâtisse aux murs épais de deux mètres. Le temps de descendre un escalier et on aperçoit déjà les impacts de balles, vieux témoins des féroces conflits de la prise du Fort de Keranroux par les soldats américains, le 12 septembre 1944.

Plan du Blockhauss
Plan du Blockhauss

Construit en 1943, « ce blockhaus de type 502 fait partie de la première ligne de défense de Brest », renseigne André Rabache, de l’association Gerfaut 29, qui réunit des spécialistes locaux du Mur de l’Atlantique. « Placé entre le réseau de fossés antichar et la ligne des forts, il a pour fonction de loger et protéger une troupe de douze hommes qui protégeaient le Fort de Keranroux », poursuit le passionné.

« Hitler, maintenant nous arrivons ! »

Derrière de lourdes portes rouillées, des graffitis d’époque sont toujours bien visibles. Près d’une inscription de propagande militaire, « cinq minutes en avance pour un soldat, c’est la ponctualité », un Allemand a dessiné un soldat en posture d’ennui, de lassitude. Dans la pièce de vie se trouvent toujours des barres, qui servaient à tenir des lits, deux poêles et un filtre à charbon, pour régénérer l’air.

Intérieur du Blockhauss
Intérieur du Blockhauss

Sur les murs, sont peints des paysages de champs allemands, dessinés par des soldats ennuyés. « Ces peintures se sont dégradées à cause d’une inondation survenue il y a quatre ans », déplore cependant Gérard Mingant, agent de maintenance du collège et, accessoirement, guide du blockhaus.

Dans une pièce près de l’entrée, il est possible d’apercevoir une inscription des soldats américains : « Hitler, maintenant nous arrivons ! » Promesse tenue.

Voir en ligne : Article sur le journal Ouest France du 18/06/2018